Roland Barthes, "Théorie du texte"

3747814

Roland Barthes, "Théorie du texte"
Publisher: Article | 1974 | ISBN: N/A | French | PDF | 9 pages | 0.8 Mb

Le concept d'intertextualité renvoie à la relation d'intégration et de transformation que tout texte entretient avec un ou plusieurs autres textes contemporains ou antérieurs constituant l'« intertexte ». Historiquement, la notion a eu à la fois une valeur définitoire (elle définit la littérature d'un point de vue textuel) et une valeur opératoire (elle constitue un outil d'analyse en vue de cartographier les relations entre les textes). Le concept s'institutionnalise au début des années 1970, notamment grâce à l'article « Théorie du Texte » de Roland Barthes. D'un concept essentiellement théorique, l'intertextualité devient un outil d'analyse poétique servant à articuler le type de relations susceptibles de s'instaurer entre différents textes. La recherche sur l'intertexte s'ouvre aussi à des pratiques littéraires peu étudiées jusque-là, car allant à l'encontre du principe d'originalité : le plagiat, la parodie, la satire...

Qu'est-ce qu'un texte, pour l'opinion courante ? C'est la surface phénoménale de l'oeuvre littéraire ; c'est le tissu des mots engagés dans l'oeuvre et agencés de façon à imposer un sens stable et autant que possible unique. En dépit du caractère partiel et modeste de la notion (ce n'est, après tout, qu'un objet, perceptible par le sens visuel), le texte participe à la gloire spirituelle de l'oeuvre, dont il est le servant prosaïque mais nécessaire. Lié constitutivement à l'écriture (le texte, c'est ce qui est écrit), peut-être parce que le dessin même des lettres, bien qu'il reste linéaire, suggère plus que la parole, l'entrelacs d'un tissu (étymologiquement, « texte » veut dire « tissu » ) il est, dans l'oeuvre, ce qui suscite la garantie de la chose écrite, dont il rassemble les fonctions de sauvegarde : d'une part, la stabilité, la permanence de l'inscription, destinée à corriger la fragilité et l'imprécision de la mémoire ; et d'autre part la légalité de la lettre, trace irrécusable, indélébile, pense-t-on, du sens que l'auteur de l'oeuvre y a intentionnellement déposé ; le texte est une arme contre le temps, l'oubli, et contre les roueries de la parole, qui, si facilement, se reprend, s'altère, se renie. La notion de texte est donc liée historiquement à tout un monde d'institutions : droit, Église, littérature, enseignement ; le texte est un objet moral : c'est l'écrit en tant qu'il participe au contrat social ; il assujettit, exige qu'on l'observe et le respecte, mais en échange il marque le langage d'un attribut inestimable (qu'il ne possède pas par essence) : la sécurité.

Roland Barthes (1915-1980)
A été directeur d'études à l'École pratique des hautes études (« Sociologie des signes, symboles et représentations ») avant d'occuper en 1976 la chaire de Sémiologie littéraire au Collège de France.
Il a publié toute son œuvre au Seuil, de « Mythologies » à « La Chambre claire » en passant par « Les Fragments d'un discours amoureux ».

|

1674127